entete

A LA UNE

Le Compte Personnel de Formation : mise en oeuvre et perspectives

Après une édition 2015 dédiée à la certification, le débat interbranches organisé par l'OPCA en juin 2016 a questionné la philosophie du CPF et son niveau d’appropriation par les branches, les entreprises et les salariés. Ce fut aussi le moment de la présentation par les équipes de l’OPCA de leurs actions pour faire connaître et faire comprendre les possibles utilisations du CPF.
Retour sur les temps forts.

Interrogé sur la thématique de la politique de l’État en matière de CPF, Cédric Puydebois, Sous-Directeur des politiques de formation à la DGEFP, a précisé la vocation du CPF : « Le CPF n’est pas une politique en soi. C’est un outil de promotion sociale qui est au service de la compétitivité de l’entreprise et de la recherche d’employabilité du salarié dans un marché du travail complexe. »

Et si le CPF a bien été conçu comme un droit personnel, Cédric Puydebois a indiqué que le projet personnel du salarié devait s’inscrire dans la dynamique collective de l’entreprise. C’est en cela que l’on peut parler de projets co-construits entre le salarié et son entreprise.

Sous-Directeur des politiques de formation à la DGEFP Cédric PUYDEBOIS, Sous-Directeur des politiques de formation à la DGEFP
Directrice Générale de l’OPCA Raphaëlle FRANKLIN, Directrice Générale de l’OPCA

 

Ce principe s’inscrit peu à peu dans la réalité d’utilisation du CPF car comme l’a souligné Raphaëlle Franklin, Directrice Générale de l’OPCA : « Les CPF accompagnés par les entreprises montent en puissance. Alors qu’à son lancement, la majorité des CPF était portée par des salariés seuls, à ce jour 80 % des CPF financés par l’OPCA Transports et Services sont accompagnés par l’entreprise. »

Les entreprises prennent conscience que le CPF est un « outil » à intégrer dans leur politique de ressources humaines en complément ou en appui du plan de formation classique.